Acheter pour louer

Acheter pour louer, une vraie stratégie gagnante ?

Parce que le contexte économique actuel est tel que les produits d’épargne traditionnels sont peu rémunérateurs, un grand nombre de ménages cherche la stratégie d’investissement qui pourrait leur permettre de faire fructifier leur argent.

 

Or, parce que les marchés boursiers sont redoutés pour leur importante versatilité, beaucoup choisissent de mettre en œuvre une stratégie « buy to let » autrement dit « acheter pour louer ».

 

Ces dernières années, cette stratégie s’est souvent avérée gagnante et ce pour deux raisons. D’une part, les taux d’intérêt faibles ont permis à de nombreux ménages d’accéder à la propriété à moindre coût que ce soit pour un usage d’habitation ou de location. D’autre part, les rendements ont atteint jusqu’à 10% et ceux qui ont choisi une stratégie « acheter pour louer » ont gagné beaucoup d’argent.

 

Les pessimistes diront bien évidemment que de tels rendements ne sont plus d’actualité étant donné que les prix ont cessé d’augmenter et tendent même désormais à la baisse. Pour autant, avec des rendements espérés compris entre 3 et 6%, acheter pour louer est loin d’être une stratégie à négliger.

 

Aussi, ce qu’il vous faut regarder avant tout, c’est le rendement que peut espérer vous procurer votre investissement en sachant que les perspectives seront étroitement liées à la localisation du bien acquis et à son prix d’achat d’où la nécessité de prendre le temps d’étudier le marché immobilier local et de bien négocier le prix du bien acheté à usage locatif.

 

 

Quels sont les risques inhérents à une stratégie « buy to let » ?

 

Si nous avons vu qu’acheter pour louer pouvait être une stratégie gagnante pour votre portefeuille, il ne faut pas perdre de vue qu’un investissement locatif a aussi des risques.

 

Ces derniers sont à connaître et à analyser avant de se lancer afin d’éviter de connaître une cruelle désillusion. En voici une liste non exhaustive :

  • L’illiquidité du placement et donc l’impossibilité de disposer rapidement de l’argent investi

  • Une hausse importante des impôts puisque la fiscalité immobilière telle qu’elle est pensée en Suisse a de fortes chances de vous faire changer de tranches d’imposition

  • La vacance du logement entamera le rendement espéré. Or, avec le boom de la construction en Suisse Romande, l’offre de biens augmente et le risque de vacance des produits sur le marché avec…

  • Le manque de maîtrise sur son logement s’il se situe dans une PPE (aller plus loin sur les règles de la PPE). Les conflits entre propriétaires peuvent conduire à des mauvaises décisions coûteuses à moyen ou long terme